DICTIONNAIRE
DES SPORTS DU
QUÉBEC

Villeneuve, Gilles

sports automobiles

Né le 18 janvier 1950 à Berthierville. Décédé le 8 mai 1982 à Zolder en Belgique. Discipline : course automobile. Frère de Jacques Villeneuve (1) et père de Jacques Villeneuve (2).

Il commença sa carrière dans les courses de motoneiges et fut deux fois champion canadien (1973, 1975) de même que champion mondial en 1974. En 1973, en course automobile, il fut champion en Formule Ford et fut désigné recrue de l'année. L'année suivante, Villeneuve débuta en Formule Atlantique, mais l'expérience s'avéra difficile. En 1976, il se déchaîna, remportant 9 des 10 courses de la saison de Formule Atlantique, et fut couronné champion.

C’est d’ailleurs en Formule Atlantique, lors de l’édition de 1976 du Grand Prix de Trois-Rivières, que Gilles Villeneuve attira l’attention du monde du sport automobile. Pour pimenter la course, les organisateurs de l’événement invitèrent de nombreux pilotes étoiles, dont quelques grosses pointures de la F1 à concourir en Formule Atlantique. On retrouva le Britannique James Hunt, éventuel champion de la F1 en 1976, Alan Jones, Patrick Tambay, Bobby Rahal, entre autres. Des 32 pilotes qui vont prendre le départ, 12 vont un jour courir en F1.

Villeneuve domina complètement cette course, devançant Alan Jones par 10 secondes, alors que Hunt se classa troisième. Cette performance exceptionnelle du pilote de Berthierville, et les éloges de Hunt auprès des dirigeants de son écurie McLaren, vont lui valoir un essai avec McLaren au cours de la saison 1977.

C’est au volant de la McLaren M23 que Villeneuve effectua ses débuts en Formule 1 lors du Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone. Il est parti de la neuvième place sur la grille de départ. À un moment, Villeneuve occupait la septième place et termina en onzième position.

Malgré ce bon début en F1, McLaren décida de ne pas l’embaucher, lui préférant le Français Patrick Tambay. La Scuderia Ferrari en profita pour recruter Villeneuve pour deux courses en 1977. Il restera avec Ferrari pour le reste de sa carrière pendant laquelle le drame n’était jamais loin. Lors de son troisième Grand Prix en carrière, au Japon en 1977, Villeneuve a touché des roues avec Ronnie Peterson et sa Ferrari fut lancée par-dessus les barrières de sécurité tuant un spectateur et un travailleur de piste.

En avril 1978, il menait confortablement son septième Grand Prix - celui des États-Unis disputé à Long Beach, quand il a tenté de prendre un tour à Clay Regazzoni. Encore une fois, les roues des deux bolides sont entrées en contact, propulsant sa Ferrari au-dessus de la voiture Shadow Ford de Regazzoni, qui laissa une trace de pneu sur le casque du pilote suisse!

À son 19e départ en F1, au Grand Prix du Canada, le premier couru sur le circuit de l’Île Notre-Dame, Villeneuve qui partait de la troisième position, remporta sa première course en Formule 1.

Ce triomphe au Grand Prix du Canada a été l’une de ses six victoires en soixante-sept départs - des statistiques qui ne reflètent pas le talent suprême de Villeneuve. Une approche plus mesurée, voir plus calculée, dans sa stratégie de course aurait pu lui donner plus de résultats, mais il n'aurait pas atteint son statut légendaire si cela avait été son style.

L’audace de Villeneuve a été démontrée de manière célèbre lors du Grand Prix de France en 1979. Lui et René Arnoux, sur Renault, se sont livrés une bataille spectaculaire pour la deuxième place dans les derniers tours, se passant et se repassant, sur et hors de la piste, pour ce qui est considéré comme un des moments les plus forts de l'histoire de la discipline. Une fin de course d’anthologie, peut-être l’une des plus belles séquences de l’histoire de F1. La saison 1979 fut la meilleure de sa carrière puisqu’il termina au deuxième rang du classement des conducteurs.

Sa dernière victoire en carrière est survenue au Grand Prix d'Espagne en 1981. Cette course est considérée comme l’une de ses plus belles performances, un chef-d’œuvre dont lui seul avait le secret. Trois semaines après sa magnifique victoire au Grand Prix de Monaco, Villeneuve se présente au circuit de Jarama le 21 juin 1981 et ne s'attend pas à une telle fortune en Espagne. Le circuit étroit et compact, était composé principalement de virages lents, pas idéal pour la Ferrari avec son châssis 126CK puissant qui n’allait probablement pas être à la hauteur de ses rivales comme les Williams, Ligier ou McLaren.

Parti de la septième position, il connait un départ canon, se retrouvant en troisième place dès le premier virage. Au terme du premier tour, il se débarrassa de Carlos Reutemann (Williams-Ford) et occupa le deuxième rang derrière Alan Jones (Williams-Ford).

Au 14e tour, Alan Jones, en avance par dix secondes, fait une sortie de piste. Villeneuve profite de cette erreur pour prendre la tête. À partir de ce moment, l’immense talent de Villeneuve est mis en évidence. Il utilisa la puissance de son moteur turbo en ligne droite pour gagner un léger avantage et ne pas se faire dépasser par ses rivaux. Mais dans la partie plus sinueuse, ses rivaux revenaient dans sa boîte de vitesses. Plusieurs fois, Jacques Laffite (Ligier-Matra) se présente à ses côtés en sortie de virage, mais la Ferrari restait en tête, s'éloignant en ligne droite grâce à son puissant turbo.

Pendant plus de 50 tours quatre pilotes, Jacques Laffite, John Watson (McLaren-Ford), Carlos Reutemann et Elio de Angelis (Lotus-Ford) le poussèrent à la limite dans l’espoir qu’il commette une erreur. Rien à faire, Villeneuve fut en parfait contrôle signant la sixième et dernière victoire de sa trop courte carrière.

Une carrière qui a connu une fin tragique à Zolder, lors du Grand Prix de Belgique. Villeneuve était sur la bonne voie lors de la séance de qualification à huit minutes de sa conclusion. Didier Pironi venait d'améliorer son temps par un dixième de seconde et Gilles continuait reprendre sa position devant Pironi. Il se rapprochait rapidement de la voiture March de Jochen Mass, et en une fraction de seconde, Villeneuve passait à droite au moment même où Mass se tassait à la droite pour libérer la ligne de course. Un simple malentendu, qui engendra un accident fatal. La Ferrari a été lancée dans les airs et s'est désintégrée en frappant le sol. Villeneuve fut éjecté de l'épave et déclaré mort ce soir-là.

Lors de ses funérailles, Jody Scheckter affirma : « Gilles me manquera pour deux raisons. Premièrement, c'était l'homme le plus authentique que j'aie jamais connu. Deuxièmement, il était le pilote le plus rapide de l'histoire de la course automobile. »

Gilles Villeneuve ne fut peut-être pas un pilote aussi complet qu'un Alain Prost, Ayrton Senna ou Michael Schumacher, mais pour plusieurs, il fut le plus rapide et le plus captivant de tous. Pilote génial, doué et spectaculaire, Villeneuve a marqué à jamais l’histoire sportive du Québec.

Intronisé au Panthéon des sports canadiens (1983) et au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec (1991). Gagnant du trophée Lionel-Conacher (1979). Le circuit de courses automobiles de l'île Notre-Dame à Montréal porte son nom.

POINTS PAR SAISON

1977 - 0 point (McLaren-Ford & Ferrari)
1978 - 17 points (Ferrari)
1979 - 47 points (Ferrari)
1980 - 6 points (Ferrari)
1981 - 25 points (Ferrari)
1982 - 6 points (Ferrari)

RÉSULTATS EN FORMULE 1

Date Grand Prix Circuit Départ Résultat
1977-07-16 Grande-Bretagne Silverstone 9 11
1977-10-09 Canada Mosport 17 12
1977-10-23 Japon Mont Fuji 20 AB
         
1978-01-15 Argentine Buenos Aires 7 8
1978-01-29 Brésil Jacarepagua 6 AB
1978-03-04 Afrique du Sud Kyalami 8 AB
1978-04-02 États-Unis (Ouest) Long Beach 2 AB
1978-05-07 Monaco Monte Carlo 8 AB
1978-05-21 Belgique Zolder 4 4
1978-06-04 Espagne Jarama 5 10
1978-06-17 Suède Anderstorp 7 9
1978-07-02 France Paul Ricard 9 12
1978-07-16 Grande-Bretagne Brands Hatch 13 AB
1978-07-30 Allemagne Hockenheim 15 8
1978-08-13 Autriche Zeltweg 11 3
1978-08-27 Pays-Bas Zandvoort 5 6
1978-09-10 Italie Monza 2 7
1978-10-01 États-Unis (Est) Walkins Glen 4 AB
1978-10-08 Canada Île Notre-Dame 3 1
         
1979-01-21 Argentine Buenos Aires 10 12
1979-02-04 Brésil Interlagos 5 5
1979-03-03 Afrique du Sud Kyalami 3 1
1979-04-08 États-Unis (Ouest) Long Beach 1 1
1979-04-29 Espagne Jarama 3 7
1979-05-13 Belgique Zolder 6 7
1979-05-27 Monaco Monte Carlo 2 AB
1979-07-01 France Dijon 3 2
1979-07-14 Grande-Bretagne Silverstone 13 14
1979-07-29 Allemagne Hockenheim 9 8
1979-08-12 Autriche Zeltweg 5 2
1979-08-26 Pays-Bas Zandvoort 6 AB
1979-09-09 Italie Monza 5 2
1979-09-30 Canada Île Notre-Dame 2 2
1979-10-07 États-Unis (Est) Watkins Glen 3 1
         
1980-01-13 Argentine Buenos Aires 8 AB
1980-01-27 Brésil Interlagos 3 16
1980-03-01 Afrique du Sud Kyalami 10 AB
1980-03-30 États-Unis (Ouest) Long Beach 10 AB
1980-05-04 Belgique Zolder 12 6
1980-05-18 Monaco Monte Carlo 6 5
1980-06-29 France Paul Ricard 17 8
1980-07-13 Grande-Bretagne Brands Hatch 19 AB
1980-08-10 Allemagne Hockenheim 16 6
1980-08-17 Autriche Zeltweg 15 8
1980-08-31 Pays-Bas Zandvoort 7 7
1980-09-14 Italie Imola 8 AB
1980-09-28 Canada Île Notre-Dame 22 5
1980-10-05 États-Unis (Est) Watkins Glen 18 AB
         
1981-03-15 États-Unis (Ouest) Long Beach 5 AB
1981-03-29 Brésil Jacarepagua 7 AB
1981-04-12 Argentine Buenos Aires 7 AB
1981-05-03 Saint-Marin Imola 1 7
1981-05-17 Belgique Zolder 7 4
1981-05-31 Monaco Monte Carlo 2 1
1981-06-21 Espagne Jarama 7 1
1981-07-05 France Dijon 11 AB
1981-07-18 Grande-Bretagne Silverstone 8 AB
1981-08-02 Allemagne Hockenheim 8 10
1981-08-16 Autriche Zeltweg 3 AB
1981-08-30 Pays-Bas Zandvoort 16 AB
1981-09-13 Italie Monza 9 AB
1981-09-27 Canada Île Notre-Dame 11 3
1981-10-17 Las Vegas Las Vegas 3 AB
         
1982-01-23 Afrique du Sud Kyalami 3 AB
1982-03-21 Brésil Jacarepagua 2 AB
1982-04-04 États-Unis (Ouest) Long Beach 7 DQ (3e)
1982-05-25 Saint-Marin Imola 3 2
1982-05-09 Belgique Zolder - -